Écrire commentaire

Commentaires : 10

  • #1

    test (mercredi, 21 octobre 2015 22:03)

    superbe site bravo !

  • #2

    Mercipourtout (jeudi, 05 novembre 2015 00:48)

    magnifique!

  • #3

    jeanmi du 59 (mercredi, 11 novembre 2015 16:37)

    top du top

  • #4

    michel trouduc (dimanche, 15 novembre 2015 18:34)

    j'ai passé une soiree d'enfer a lire ce tpe d'une grande richesse ! je le conseillerais volontiers a tous mes amis

  • #5

    un cyberdépendant (mardi, 17 novembre 2015 20:15)

    Bonjour je suis cyberdépendant, que puis-je faire ?

  • #6

    Le conseilleur je suis (mardi, 17 novembre 2015 20:18)

    Contrôler la force tu dois

  • #7

    laurent le porc (vendredi, 20 novembre 2015 15:55)

    je suis addict a la bouffe

  • #8

    uchesne (mardi, 24 novembre 2015 15:34)

    bo

  • #9

    younes jtm (mardi, 01 décembre 2015 18:18)

    bravo




  • #10

    p.o (mardi, 09 février 2016 15:16)

    lol

Les Causes de la cyberdépendance

 

Les causes d'une cyberdépendance sont diverses :

 

  • Besoin de liberté de s'échapper du monde réel

 

  • Besoin de refuge, d'oublier les soucis quotidiens

   

  • Expériences de reconnaissance, de succès, de contrôle, d’appartenance ...

 

  • Être avide de connaissances, de désirs, de découvertes ...

 

  • Éviter de faire des actions graves 

 

Un joueur peut très bien être scotché devant son ordinateur pendant 6/7heures : il explique que ce n'est pas de sa faute mais plutôt à cause du JEU en lui-même, lors de très grandes quêtes ou combats, dans des MMORPG par exemple, qui durent et que le joueur n'a pas intérêt de se déconnecter pendant cela car il fait partie d'un groupe avec d'autres joueurs où chacun se fait confiance pour différentes raisons...N'oublions pas que ces jeux en réseau sont souvent sans fin donc le joueur n'a pas de limite et joue de plus en plus souvent.

Ainsi le joueur est coupé du monde pendant son activité et doit en aucun cas quitter cela.

 

 

*Dans les cas extrêmes la cyberdépendance peut être une

 

« Alternative au suicide? »

 

 

On peut comparer le nolife au hikikomori, son homologue japonais, dont la vie sociale est bien souvent pauvre, résultant d'un enfermement quasi perpétuel dans la chambre pendant de longues durées, jusqu'à plusieurs jours ou semaines d'affilée.

Il en sort seulement pour prendre sa douche hebdomadaire et pour vider ses ordures qui s'entassent dans la chambre – ou encore aller à l'école quand il y est obligé.

Le fait pour un jeune Japonais de devenir un hikikomori provient souvent

  • D'une honte terrible,

  • D'un harcèlement moral et/ou physique,

  • D'un échec à un examen

  • D'un profond mal-être dans la société.

 

Considérée comme une alternative au suicide, c'est une pratique fortement implantée au Japon.